fbpx

Anne-Marie Porras & Kader Attou

Samedi 24 juillet

Les Jardins de Chouchou

15h30

THE ROOTS

La chorégraphe Anne-Marie Porras est directrice et fondatrice de l’école professionnelle supérieure Epsedance. Les étudiants, encadrés par Anne-Marie Porras et en voie de professionnalisation, nous proposeront deux créations sur le Prélude à l’après-midi d’un Faune. L’équipe du Festival sélectionnera ainsi la meilleure production que les étudiants présenteront dans les Jardins de la Grenouille.

Nous aurons par la suite le plaisir d’assister au spectacle The Roots, chorégraphié par Kader Attou et pour cette occasion dansé par les étudiants de l’école Epsedance. The Roots est un spectacle de danse contemporaine qui assure le lien entre la musique de Debussy, l’époque des grands ballets russes et le hip-hop.

Programme :

Claude Debussy, Prélude à l’après-midi d’un faune

Anne-Marie Porras

Chorégraphe

Faisant partie de ces rares chorégraphes qui voyagent dans l’univers de la danse Jazz, Anne-Marie Porras a tracé sa carrière en travaillant auprès des plus importants, tels que l’américain Walter Nicks et les allemands Ingeborg Liptay et Jorg Lanner. Elle doit sa technique aux écoles d’Alvin Ailey, Martha Graham et Merce Cunningham. Elle signe sa première création avec Turn on to Mangione en collaboration avec Richard Jones pour le conservatoire de Maurice Béjart. Claude Lelouch lui confie la chorégraphie de la partie française de son film Les uns et les autres.

Suivent Voyages pour le Focus on Jazz de Montréal et Transit pour le Festival de Montpellier Danse en 1985. C’est à partir de là qu’elle se centre sur sa propre compagnie et inscrit régulièrement des nouvelles créations à son répertoire. Ces œuvres sont bâties sur des thèmes universels, modulées sur une gamme d’énergie tantôt éclatante tantôt feutrée.

Elles ont tourné dans la France entière, en Afrique, dans les Caraïbes et l’Océan Indien. 

Son travail peut aussi se définir ainsi :

« Basé sur des accents doux et présents, une énergie dense émergeant d’un chemin intérieur, trace une danse de contrastes et raconte à l’unisson la continuité, l’écho du mouvement dans la courbe… L’équilibre, atteint dans l’arc de la spirale, dessine dans l’espace avec une liberté d’expression la poésie du ressenti. »

Anne-Marie Porras voue une passion sans réserve pour la danse et les danseurs.

Qu’elle les forme ou les mette en scène dans ses pièces chorégraphiques, ce profond respect de l’interprète est perceptible au travers de son exigence pour leurs qualités sensibles, leur présence et leur jeu.

Kader Attou

Chorégraphe

Du collectif d’artistes des débuts, à l’émergence de chorégraphes singuliers, le travail de Kader Attou se caractérise par une grande ouverture : ouverture au monde grâce à des voyages conçus comme autant de moments de partage, ouverture vers d’autres formes artistiques, vers d’autres courants.

Dès 1989, dans la fièvre de la découverte de la breakdance et avec les premiers spectacles d’Accrorap, naît le désir d’approfondir la question du sens et de développer une démarche artistique. Athina, en 1994, marque les grands débuts d’Accrorap sur la scène de la Biennale de la danse de Lyon. Crée en 1996, Kelkemo, hommage aux enfants de réfugiés bosniaques et croates, est le fruit d’une expérience très forte dans des camps à Zagreb en 1994 et 1995. Dans Prière pour un fou (1999), pièce charnière de son univers chorégraphique, il tente de renouer le dialogue que le drame algérien rend à cette période de plus en plus douloureusement improbable. Kader Attou se donne ensuite la liberté d’inventer une danse riche et humaine avec Anokha (2000), au croisement du hip-hop et de la danse indienne, de l’Orient et de l’Occident. Cette pièce donne à la danse hip-hop une dimension spirituelle. Pourquoi pas (2002), pièce qui aborde un univers fait de poésie et de légèreté, est composée de saynètes où se côtoient performance, émotion, musicalité. Douar (2003), conçu dans le cadre de l’année de l’Algérie en France, interroge les problématiques de l’exil, de l’ennui, écho des préoccupations de la jeunesse des quartiers de France et d’Algérie. Les Corps étrangers (2006), projet international — France, Inde, Brésil, Algérie, Côte d’Ivoire — évoque la condition humaine et cherche les points de rencontres possibles entre cultures et esthétiques, pour construire avec la danse un espace de dialogue qui puisse questionner l’avenir. Petites histoires.com (2008) obtient un succès critique et public et raconte une France populaire, avec de la simplicité, de la légèreté, tout en gardant un propos engagé et sensible. Au mois de septembre de la même année, Kader Attou est nommé Directeur du Centre Chorégraphique National de La Rochelle / Poitou-Charentes, devenant ainsi le premier chorégraphe hip-hop nommé à la tête d’une telle institution. Trio (?) (2010) renoue avec l’univers du cirque, tout en légèreté et poésie. Symfonia Piésni Załosnych (2010) s’attache à l’intégralité de la Symphonie n°3 dite des Chants plaintifs, du grand compositeur polonais Henryk Mikołaj Górecki. Cette création en explore l’ensemble des aspects compositionnels et sensibles, se laisse transporter par la voix, traverser par la force mélodique et s’unit au message d’espoir. En 2013, Kader Attou revient aux sources du hip-hop, à ses premières sensations : The Roots est une aventure humaine, un voyage, un grand plongeon dans son univers poétique. Onze danseurs hip-hop d’excellence en sont les interprètes, ils créent un groupe en totale symbiose. Créé en août 2014 pour la 10e édition des Nuits Romanes en Poitou-Charentes, Un break à Mozart, né de la rencontre du CCN de La Rochelle et de l’Orchestre des Champs-Elysées, se pose en véritable dialogue entre danse d’aujourd’hui et musique des Lumières avec comme œuvre musicale directrice : le Requiem de Mozart. En septembre 2014, à l’occasion de la Biennale de Lyon, Kader Attou crée OPUS 14 pour seize danseurs, hommes et femmes, qui allient puissance, altérité, engagement, poétique des corps en une pièce fondamentalement hip-hop. Sur le socle de Un break à Mozart, Un Break à Mozart 1.1 — nouvelle création de Kader Attou pour 11 danseurs et 10 musiciens de l’Orchestre des Champs-Elysées — est crée en novembre 2016 à La Coursive Scène Nationale de La Rochelle dans le cadre de Shake La Rochelle ! première édition du Festival hip-hop du CCN.

La notion de rencontre est au centre de sa démarche et les voyages (Palestine, Algérie, Brésil, Cuba, Inde, etc.) alimentent la réflexion. La danse de Kader Attou est généreuse et cherche à briser les barrières.