fbpx

Ambroisine Bré, le Quatuor Hanson et Ismaël Margain

Dimanche 25 juillet

Les Jardins de la Grenouille

18h30

ELEMENTS

« La musique commence là où la parole est impuissante à exprimer ; elle est écrite pour l’inexprimable. Je voudrais qu’elle eût l’air de sortir de l’ombre et que, par instants, elle y rentrât, que toujours elle fût discrète personne. La musique est une mathématique mystérieuse dont les éléments participent de l’infini. Elle est responsable du jeu des courbes que décrivent les brises changeantes ; rien n’est plus musical qu’un coucher de soleil. Pour celui qui sait regarder avec émotion, c’est la plus belle leçon de développement écrite dans ce livre pas assez fréquenté par les musiciens, je veux dire : la nature ».

 (M. Croche, p.171, Musica, mai 1903)

Programme :

Hector Berlioz, La Villanelle

Lili Boulanger, Reflets 

Benjamin Laurent, Le dormeur du val

Charles Gounod, Le soir

Camille Saint-Saëns, Violons dans le soir 

Henri Dutilleux, Ainsi la nuit 

Entracte 

Gabriel Fauré, Extrait de La bonne chanson 

Gabriel Fauré, La lune blanche luit dans les bois 

Gabriel Fauré, Donc ce sera par un clair jour 

Gabriel Fauré, L’hiver a cessé 

Gabriel Fauré, Le papillon et la fleur 

Emile Paladilhe, Psyché 

Camille Saint-Saëns, Si vous n’avez rien à me dire

Lili Boulanger, Les lilas avaient fleuris 

Claude Debussy, L’Isle Joyeuse 

Gabriel Fauré, Au bord de l’eau 

Nadia Boulanger, C’était en juin

Ambroisine Bré

Mezzo-soprano

La mezzo-soprano Ambroisine Bré commence sa formation musicale dans une classe maîtrisienne avant d’intégrer la filière pour Jeunes Chanteurs Professionnels du CRR de Paris. En 2013, elle intègre la classe d’Yves Sotin au CNSM de Paris. Lauréate de plusieurs concours lyriques, en 2017, on lui décerne quatre prix lors des « Mozart de l’Opéra » au TCE puis elle remporte, avec la pianiste Qiaochu Li, le Grand Prix Duo Chant/Piano du Concours International Nadia et Lili Boulanger 2017. La Carrière d’Ambroisine Bré prend son essor sur plusieurs grandes scènes européennes et chante sous la baguette de Christophe Rousset, Marc Minkowski, Laurence Equilbey, Leonardo Garcia Alarcon, Thomas Hengelbrock…

Elle chante notamment le rôle de Sesto dans La Clemenza di Tito à Prague (dir.Marc Minkowski). Puis Annio dans la même œuvre à l’Atelier Lyrique de Tourcoing (dir. Emmanuel Olivier) ainsi que la Deuxième Dame dans Die Zauberflöte de Mozart à l’Opéra de Lille (mett. en sc. Roméo Castelluci, dir. Eivind Gullberg Jensen). Elle interprète Le Berger Fidèle (Rameau) et La Morte di Lucrezia (Montéclair) à la Philharmonie du Luxembourg et au Staatsoper de Berlin puis Actéon de Charpentier et Didon et Enée de Purcell au Festival de Menton avec les Talens Lyriques (dir. Christophe Rousset). Les rôles d’Iris, Syrinx et Calliope dans Isis de Lully avec les Talens Lyriques (dir. Christophe Rousset) au Festival de Beaune, au Théâtre des Champs-Elysées, à l’Opéra Royal de Versailles et au Wiener Staatsoper. Au Festival de la Chaise Dieu et au Festival Sinfonia en Périgord avec Les Talens Lyriques (dir.Christophe Rousset) dans un programme où elle incarne seule Les larmes de la vierge (Rossi, Monteverdi, Perti, Vinci, Haëndel..). Elle est invitée à plusieurs reprises au Festival de Radio France. Citons également la sortie d’un enregistrement de la Grande messe en Ut de Mozart avec Les Musiciens du Louvre (dir.Marc Minkowski) sous le label PentaTone.

Récemment, Ambroisine fait ses débuts en Lazuli dans l’Etoile de Chabrier à l’Atelier Lyrique de Tourcoing, en Dorothée dans Cendrillon de Massenet à l’Opéra de Limoges ainsi qu’en Flora dans Traviata à l’Opéra de Bordeaux.

Courant 2021, elle sortira son premier disque solo autour de mélodies et airs d’opéra, entourée de la nouvelle génération d’artistes français, Mathilde Calderini, Ismaël Margain, Julien Dran, Anaïs Gaudemard ainsi que le Quatuor Hanson.

Prochainement, elle sera Mercédès à l’Opéra de Bordeaux puis Mélantho dans Le retour d’Ulysse de Monteverdi au Festival de Beaune. Elle enregistrera à nouveau aux côtés des Talens Lyriques, le rôle de Galathée dans Acis et Galathée de Lully sous la baguette de Christophe Rousset.

Ambroisine est Révélation Classique de l’Adami 2017, lauréate de la Fondation Royaumont et est nommée en tant qu’artiste lyrique dans la catégorie des Révélations des Victoires de la Musique Classique 2019.

Quatuor Hanson

Quatuor à cordes

Le Quatuor Hanson se fonde en 2013 à Paris. Depuis, les quatre musiciens n’ont de cesse d’explorer la richesse du répertoire du quatuor à cordes et la force de cette formation qui offre des possibilités de recherches musicales et humaines essentielles et inépuisables. 

Ils enregistrent leur premier album au sein du Label Aparté en 2019, un double disque consacré à Joseph Haydn. Ce compositeur qui représente le point d’ancrage du répertoire pour quatuor accompagne les Hanson depuis ses débuts. L’inventivité de sa musique est pour eux un terrain de jeu sans cesse renouvelé. Ce premier disque est récompensé d’un Diapason d’Or, du Choc de Classica, du Qobuzissime et du Choix de France Musique et a été vivement salué par la presse internationale (The Strad, Ongaku Geijutsu, The Classic Review…).

Ils se plaisent à provoquer des rencontres anachroniques entre des compositeurs de différentes époques et aiment proposer des programmes où ces contrastes éclairent les œuvres d’une manière nouvelle et inattendue. 

Le Quatuor Hanson a remporté de nombreux prix internationaux notamment aux Concours de Genève, J. Haydn à Vienne et Lyon. Il est soutenu par la fondation Singer-Polignac, où les musiciens sont en résidence, par la Fondation Corde Sensible (Fondation de France) et ils sont lauréats de la Fondation Banque Populaire.

Ils poursuivent une carrière internationale en se produisant notamment régulièrement en Asie. L’enrichissement qui résulte de la rencontre avec d’autres artistes est primordial pour eux. Ils partagent régulièrement la scène avec des musiciens comme Bertrand Chamayou, Edgar Moreau, Adam Laloum, Pierre Genisson, Bruno Philippe, Vadim Kholodenko, ou encore Guillaume Bellom.

Ismaël Margain

Piano

Ismaël Margain est né en 1992 à Sarlat où il entame sa formation musicale (piano, flûte, saxophone, jazz, écriture …). Le pianiste et chef d’orchestre Vahan Mardirossian, avec qui Ismaël travaille depuis son plus jeune âge, le présente à son ancien maître Jacques Rouvier, qui le prépare au concours d’entrée au Conservatoire de Paris. Reçu à l’unanimité, il choisit d’intégrer la classe de Nicholas Angelich, puis au départ de ce dernier, il poursuit sa formation auprès de Roger Muraro et Michel Dalberto.

Après avoir joué en finale le concerto n°23 de Mozart, il remporte le Prix du public et le 3e Grand Prix Marguerite Long remis par le président du jury Menahem Pressler. Il joue à nouveau ce concerto lors des Victoires de la Musique Classique 2015, où il est nommé dans la catégorie « Révélation soliste instrumental ». ​Suite à ces récompenses, Ismaël part en tournée en Amérique Latine et aux Etats-Unis pour une série de récitals et de masterclass. De retour en Europe, il se produit en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Espagne et en Bulgarie.

Il est l’invité régulier de nombreux festivals. Il s’y produit en récital et en musique de chambre, notamment avec Alexandra Soumm, Renaud Capuçon, Adrien La Marca, Yura Lee, Edgar Moreau, Bertrand Chamayou, le Quatuor Hermès… 

​Il joue en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre de l’Opéra de Marseille, l’Orchestre National d’Île-de-France…

​Ismaël Margain est artiste associé à la fondation Singer Polignac, lauréat du prix de la Yamaha Music Foundation of Europe, soutenu par la Fondation SAFRAN, la Fondation l’Or du Rhin et la Fondation Banque Populaire.